Présentation
Découverte
Préparatifs
Guide par villes
Photos & vidéos
Réservations
..hôtels,agences
Vols
Carnaval 2006
Archives 2005/ 04
Archives 2003/ 02
Carnaval de Rio
Carnaval au Brésil
Photos & vidéos
Danses & rythmes
Futebol - Actualité
Clubs brésiliens
Joueurs brésiliens
Beach Soccer
Maillots brésiliens
Artistes
Capoeira
Gastronomie
Interviews
Spectacles
Agenda
Annuaire - Liens
Restaurants
Chroniques
Reportages
Présentation
Aide aobrasil
Liens
Cartes de voeux
Chat
Forum
Newsletter
Contact
Météo
News
Change

Catia Werneck

 

On la connaissait side woman dans nombre de productions discographiques brésiliennes… On avait pu la voir de nombreuses fois sur scène prêter sa voix à de nombreux artistes (Gilbert Bécaud, Didier Sustrac, la revue Brazil Tropical)

Biographie

L'histoire de Catia Werneck est riche et colorée comme un roman latino-américain. Personnalité extravagante, à la fois timide et excentrique, romantique et fantaisiste, Catia Werneck sort enfin un album sous son nom, " Estrella do Sultao ". Récit d'une étoile brésilienne …

Catia est née à Rio de Janeiro en 62 dans une famille de musiciens. Son père, pianiste et guitariste, écoute exclusivement du jazz et de la bossa nova. Bizarrement, il interdit à Catia et son frère Carlos (NDA, Carlos Werneck, bassiste) de jouer d'un instrument. En revanche, elle chante dès l'age de quatre ans, soutenue par son père qui lui donne parfois un cruzeiro contre une chanson. Elle gagne, avec son frère le premier prix du Festival National de Rio ( UFRJ : Université Fédérale de Rio de Janeiro) à 16 ans et commence à chanter pour des jingles, des scéances de studio...

Parallèlement, elle obtient un diplôme de professeur d'histoire, condition sine qua non imposée par ses parents pour continuer la musique. Aussitôt diplomée, elle abandonne les études et rentre dans le " circuit brésilien ", embauchée par un des plus gros producteurs de Rio. De 18 à 22 ans, elle chante dans toutes les boîtes de nuit, et notament le " 1.2.3 " célèbre boîte brésilienne…

En 85, on lui propose une tournée internationale avec 4 autres chanteuses pour une grande revue brésilienne. Elle part un mois à Broadway, avec " Black scandals ", puis à Paris. La revue prend le nom " Brazil en fête " et devient tristement célèbre. Les producteurs du spectacle disparaissent sans payer les musiciens, le scandale fait la Une des journaux... Commence alors une période difficile pour Catia. Contrairement aux autres musiciens de la troupe, elle refuse de retourner au Brésil et veut prouver à ses parents qu'elle sera musicienne…

Biographie (suite)

Paradoxalement, c'est pendant cette période de " galère " que Catia commence à chanter dans tous les clubs de la capitale. La " bande des Brésiliens " investit ainsi le Baiser Salé, le Memphis Melody (où Catia " jamme " avec Sarah Vaughan) et trouve facilement du travail.
C'est à cette époque qu'elle rencontre Marcello Ferreira, qui deviendra par la suite son ami, guitariste et auteur-compositeur attitré (NDA, Marcello sortira un album chez Pygmalion Records 2001).

A 23 ans, elle est engagée pour une tournée américaine de 3 mois (" Brazil Tropical " où elle rencontre George Benson, Rachel Ferrel). Ensuite suivent les Festivals, Nice ( de 90 à 92 avec " Boto nuevos tempos "), Montreux… A cette période, c'est en tant qu'interprète seulement que Catia intervient.
On la retrouve notament avec Touré Kunda, Patrick Bruel, Didier Sustrac, Chico Buarque, dans des musiques de films (Cosma) sous les noms de Catia, Catia Carvalho, Catia Constantin, Catia Werneck. Bref, si elle a plusieurs noms, elle n'a qu'une réputation : c'est " LA " chanteuse brésilienne à Paris …

En 97, c'est dans un concert de Marcello au Latitude qu'elle rencontre David Godevais, DG de Pygmalion, qui l'encourage à composer en son nom. Ainsi nait " Estrela do Sultao "…
Depuis 99, Catia a été sélectionnée par Peter Basler (agent de Joe Zawinul) pour représenter le Brésil dans les Festivals internationaux…

Catia Werneck
Interview

" Vous chantez depuis toujours et aujourd'hui vous sortez votre album pour lequel vous avez très largement contribué aux paroles. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour sortir ce disque ?
Parce que je n'avais pas le temps. Après mon premier prix de chant de l'Université Fédérale de Rio de Janeiro reçu à 16 ans, j'ai été choisie pour faire partie de la troupe " Brazil en fête " qui a littéralement échoué à Paris en 1984 et dont la presse a fait grand bruit. Depuis, j'ai toujours beaucoup travaillé en qualité de soliste ou meneuse de revue, dans les boîtes brésiliennes, les clubs de jazz et les festivals.
" Vous avez une volonté et un parcours gigantesques. Indéniablement, la passion qui vous anime dans l'album l'est aussi. Lorsqu'en 1984, vous êtes arrivée à Paris, vous avez montré que vous en vouliez et roulé votre bosse dans tous les temples de la musique.
C'est plus qu'exact. Entre le Sunset, le Baiser Salé, les 3 Maillets, le club " Lionel Hampton ", les clubs brésiliens, les festivals de jazz, je n'ai jamais arrêté une seconde avec cette passion de plus en plus forte. En plus, j'ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables et en particulier : Sarah Vaughan (le plus beau duo de ma vie sur " Corcovado "), Herbie Hancock, Liza Minelli, Georges Benson, Chico Buarque, Didier Sustrac, Rachel (chanteuse du grand orchestre de Count Basie), …


" Toutes ces pointures de la chanson vous ont elles influencées ?
Bien sûr, mais plus que tout c'est mon père qui a été ma principale source d'influence. Le dimanche à la maison, nous écoutions exclusivement du jazz avec Ella Fitzgerald ou de la bossa nova avec Leny Andreade, Nana Cayni, Elis Regina.
" Et, votre influence personnelle ?
Enfant, c'était très varié, j'écoutais avec mon frère du Al Jarreau, Michel Legrand, Charles Aznavour, les Pink Floyd et aussi beaucoup de Bossa Nova et de Jazz.
" A quel moment l'idée de faire un disque est elle devenue omniprésente ?
En 1990, j'ai ressenti une envie immense de faire quelque chose en mon nom, qui m'appartienne. Je me suis sentie prête à mettre des paroles vraies sur des mélodies moins simplistes. Sortir des harmonies de la vie elle-même, à la fois romantiques et personnelles. Pour moi, tous les cœurs, qu'ils soient noirs ou blancs, riches ou pauvres, tous ces cœurs aiment et battent comme le mien. Toutes les chansons de l'album partent de quelque chose de très fort. C'est pour cette raison que j'ai voulu chanter sur la nature et l'amour.
" Carlos Werneck, votre frère, est un excellent musicien. Deux très bonnes raisons d'avoir enregistré avec lui …
Si je suis chanteuse aujourd'hui c'est grâce à Carlos, qui prenait sa guitare et me faisait chanter. Il est mon idole, mon pygmalion et sur le disque, à la fois guitariste, bassiste, percussionniste, compositeur, directeur musical et artistique. Il est le miroir de la petite sœur que j'étais.
" Un frère et beaucoup d'amis vous accompagnent ?
Mon frère de cœur, Marcello Ferreira. J'ai rencontré Marcello à mon arrivée à Paris en 84 et depuis il est resté un ami très cher et devenu mon second mentor après Carlos. Marcello m'a ouvert les yeux sur une autre perception de la musique. Moi, qui n'adorais que la bossa et le jazz, j'ai découvert grâce à lui d'autres styles plus modernes et quelque fois avec 3 octaves en dessous de ma voix. La guitare avec Marcello, c'est musicalement du changement, de la fantaisie et un côté délirant de la vie. J'ai l'impression lorsqu'il m'accompagne d'avoir 18 ans tout en gardant les pieds sur terre.
" Guitare, basse, batterie, clavier et percussions. Les bons ingrédients pour un mélange détonnant...
Je voue des passions pour certains musiciens et j'ai une idée très précise de ce que je voulais faire passer dans cet album. A la batterie, Luis Augusto Cavani, qui accompagne entre autre Georges Moustaki, Tania Maria, Marcia Maria, Marc Berthoumieux. Il est une exception. Ecole de Samba à lui tout seul, une fois derrière sa batterie, il peut tout faire, il est brillant et complet tant en musicalité qu'en technique. Pour le clavier, William Lecomte, dans l'esprit de Robert Percy, a du sentiment au bout de ses doigts. Il a une énorme richesse harmonique.
" Combien de titres dans cet album ?
Il y en a dix, dont certains pour lesquels j'ai écrit paroles et musiques : Estrela do Sultao, Anel de Saturno, Que Safir, Cheiro Sabor, Outro Camilho, Segura a Onda, Conselhos, Tenho Pena, Eu vou partir et Aquarel do brazil, hommage au plus grand compositeur du Brésil, Ari Barroso.
" Quels sont les thèmes abordés ?
Pour schématiser, on peut dire que Marcello est assez abstrait, avec des textes imagés, souvent sur le thème de la nature. C'est le "Picasso" de l'album. Moi, je suis plus impressionniste. J'aime parler d'amour…


Catia Werneck
L'album…

Les thèmes essentiels traités dans " Estrela do Sultao " sont ceux de la nature et de l'amour.

" Anel de Saturno ", " Que nem safira ", " cheiro e sabor ", " outro camino ", " segura a onda ", " consuelhos ", " Tenho penha ", " Estrelha do sultao ", " Envou partir ",
" aquarelha de Brazil " : hommage à Ari Barroso, grand compositeur brésilien.

Les musiciens…

Carlos Werneck, bassiste : frère et mentor de Catia, Carlos Werneck a joué avec Gilberto Gil, joue avec Tania Maria, Marcello … ,

Luis Augusto Cavani : Batteur et percussioniste : joue avec Tania Maria, Marc Berthoumieux, Marcello, Didier Lockwood, …

William Leconte : Clavieriste : Marc Berthoumieux,

Marcello : guitariste, auteur-compositeur :

Et aussi : François constantin, Carneiro, Ze Luis…

Label: Pygmalion Records
Distribution: Musidisc distribution service (M 10)
Contact presse: Marine. Assistante : Amélie/ Pygmalion Records
Tél: (33) 1 47 09 12 39/ 93 13 Fax: (33) 1 47 09 68 05



Accueil| Contact | Voyages | Carnaval |Football | Culture | Agenda | Boutique | Forums
Copyright © 1999 - 2006 aobrasil.com Tous droits réservés